ACTES SUD

communiqué de presse

ASSEF SOLTANZADEH
Perdus dans la fuite


 

Nouvelles traduites du persan (Afghanistan) par Wassmeh Mohsen, Sorour Kasmaï, Sabrina Nouri et Alexandre Carin “Horizons persans”

En librairie le 6 septembre 2002

“À cet instant même, ma vie dépend d’un 2 de trèfle. Eh bien, oui! Un petit 2 de trèfle vaut toute une vie. Ma vie égale un 2 de trèfle. Si je trouve un 2 de trèfle, j’y déposerai un baiser. Je le mettrai sur mes yeux. Sur mon coeur. Je ferai le serment de le garder sur moi jusqu’à la fin rie mes jours. Je le sus pendrai à une chaîne en or et le porterai autour du cou, comme une amu lette, comme un talisman qui m’aurait sauvé la vie, et qui me protégerait encore de tout, des calamités, du mauvais oeil et des dangers... surtout à cette époque où le danger te guette à chacun de tes pas. Je promets de por ter le 2 de trèfle chez le photographe pour le faire agrandir.”

Une vie suspendue à l’issue d’une partie de cartes où le deux de trèfle s’avère gagnant... Un homme, ne trouvant acheteur pour son plus précieux bien, ses enfants, décide de leur offrir un festin royal avant de les empoisonner... Un autre, dont la femme se vend pour survivre, s’invente un univers parallèle pour mieux fuir la réalité... Les nouvelles d’Assef Soltanzadeh sont toutes des plon gées dans l’indicible, l’inavouable, et l’inimaginable, avec en toile de fond, la guerre omniprésente des personnages qui fuient leur destin sans jamais pou voir lui échapper.

Remarquable de retenue et de pudeur, l’écriture d’Assef Zoltanzadeh évite l’écueil du pathos. Dans cette tentative d’être au plus près de l’innommable, chaque mot trouve sa juste place dans l’économie générale d’un récit qui pour rait s’apparenter au Champion du je âne de Kafka.

Par tradition et parce que le roman est une idée trop neuve dans la littérature afghane, Assef Soltanzadeh, comme son compatriote Atiq Rahimi, choisit cette “petite forme”, celle des récits, des nouvelles, pour mieux rendre compte d’un univers fragmenté et chaotique.

Ces récits de la vie quotidienne afghane sont autant d’interrogations sur ce que peut devenir l’homme face au “terrible”, à la déréliction et à la barbarie.

Né â Kaboul en 1964, Assef Soltanzadeh, après des études primaires et secon daires au Lycée Fan çais Esteghlal, quitte son pays en 1985. II s’installe au Pakistan puis en Iran pour suivre des études de cinéma. Dès 1992, il écrit et met en scène sa première pièce de théâtre. Il multiplie les succès dans ce domaine En 2000, il publie son premier recueil de nouvelles qui connaît un succès immédiat avant de recevoir le prix de la Critique et le prix Golshiri du meilleur recueil en 2001. Assef Soltanzadeh est actuellement écrivain invité au Danemark.

RELATIONS PRESSE : MIRIAM BRIDENNE — TEL 01 55 42 63 06

PELA 1101X5 PRESSE 18 RUE SÉGUIER, 75006 PARIS TÉL. 01 55 42 63 00 FAX 01 55 42 63 01 e-mail contact@actes-sucl.fr - www.chapitre.com

ACTES SUD B.P. 38, 13633 ARLES CEDEX TÉL. 04 90 49 86 91 FAX 04 90 96 95 25 LE MÉJAN, PLACE NINA-BERBEROVA



Back

DownloadHotmailAmazonYahooeBayTranslateContact usgooya © 1998-2000